L’Orient-Le-Jour / F(r)ictions / La Fin de l’Ete (episode 1)

Mon portable sonne. Son prénom sur l’écran m’excite. Elle m’invite à dîner jeudi, entre collègues, dans sa villa en bord de mer. Pour mieux se connaître. Je reste silencieux et m’allonge sur mon futon. Ça fait une semaine que je bosse avec elle. Qu’elle me hante sans arrêt. La nuit, dans mes rêves. Le matin, mes draps trempés. La journée, ses jambes croisées – dans ma tête, écartées, debout face au mur. Je ferme les yeux et m’imagine derrière elle. Je réponds: Avec grand plaisir. Et raccroche.

Jeudi. Novembre et ça sent la fin de l’été. Plus d’escapades à Decks On the Beach pour danser. Plus de soirées soûlantes au SkyBar par obligation. Une vingtaine de convives occupent l’immense maison, imbibés de rouge et de blanc. C’est sympa de te voir ici… Mais oui, moi aussi. Raconter des conneries. Mentir à tout le monde. Et continuer à boire pour que le temps passe. Sur la terrasse, un chat noir se balade nonchalamment sur la rambarde. Parfois, il fait semblant de s’apprêter à bondir, avant de se rassoir sur ses pattes arrière; souvent, il observe longuement le sable en dessous, en prenant bien soin d’allonger son cou vers le bas. Et les femmes frémissent de frayeur. Je suis en pleine discussion avec ma directrice et son mari, sans vraiment écouter ce qu’ils me racontent. Je suis très occupé à l’imaginer, elle, plus jeune, et elle, nue, avant que des dizaines d’hommes ne l’aient touchée. Avant qu’elle n’ait épousé ce type. Pourquoi? Comment fait-elle pour le baiser? Dégueulasse. Je tressaille et débande.

Il propose de nous resservir à boire et on le laisse partir. Et soudain, un silence. Je regarde autour de moi, nous sommes seuls sur la terrasse. Je reste planté devant elle, l’alcool me monte à la tête. Je suis James Dean. Les yeux plissés et la tête inclinée. Non. Johnny Depp dans Don Juan DeMarco. Je veux qu’elle frissonne rien qu’en me regardant. Qu’elle me supplie de la toucher. Me dévorant du bout des yeux. Qu’elle me supplie encore. Prends-moi. Elle me sourit. Tend son bras puis se rétracte. Détourne le regard. Je ne dis pas un mot. J’aime la mettre mal à l’aise. Je tends le bras à mon tour et effleure sa peau humide. Je la trouble et ça m’excite. Je rebande déjà. J’avance un peu plus. Elle est faite pour me prendre dans sa bouche. Je me rapproche. Une voix de femme m’interrompt.

Salut maman! Une gamine. 19 ans à la limite.
Yasmina! Tiens, je te présente Adam, notre nouveau collègue. Barely légal, comme sur les sites porno.
Bonsoir Yasmina. Ça la fait glousser. Elle me serre la main. Elle se retourne vers sa mère.
Maman, je suis fatiguée. Je vais monter me coucher. L’âge de ma fille. Rien à foutre.
Ok hayété, bonne nuit.
Bonne nuit maman. Enchantée, Adam. Mon prénom sur ses lèvres.
Enchanté, Yasmina. À bientôt.

Elle nous abandonne, je la regarde partir. J’évite de dévorer ses fesses du regard. Pas devant la mère. Un collègue me fait signe du salon. Bingo. Je me dirige vers lui, les yeux scotchés sur la petite. Cette soirée pourrait se terminer mieux qu’elle n’avait commencé.

ShareShare on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedIn0Share on Google+0Share on Tumblr0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>